Pourquoi les cicadelles ne sont-elles que parfois une bonne chose ?

Traduction de l'article original en anglais de Eric R. Scott :
http://www.teageek.net/blog/2016/02/bug-bitten-teas-why-are-leafhoppers-only-sometimes-a-good-thing/

cicadelle responsable des thés piqués par des insectes
crédit : par Hectonichus – Own work, CC BY-SA 3.0

Pour la plupart des cultures, les dégâts causés par les insectes sont une mauvaise chose, tant pour le rendement que pour la qualité. Dans le cas du thé, cependant, nous avons une singularité de thé dit piqués par des insectes où l'attaque d'un insecte améliore la qualité par rapport à une plante non attaquée en induisant des modifications chimiques qui, dit-on, améliorent l'arôme du thé fini.
Les thés 東方美人 DōngFāng MěiRén, 貴妃 GuìFēi et le HóngChá (thé rouge) 蜜香 MìXiāng en sont des exemples célèbres. Ces trois thés sont originaires de TáiWān, alors y a-t-il quelque chose de spécial à TáiWān ? Eh bien, lorsque vous vous plongez dans la littérature scientifique sur les cicadelles des théiers, la plupart des études réalisées à TáiWān portent sur une espèce de cicadelle connue sous le nom de Jacobiasca formosana, tandis que la plupart des études réalisées en Chine continentale parlent d'une cicadelle connue sous le nom d'Empoasca vitis. On peut donc supposer sans risque que l'un de ces insectes provoque de "bons" changements chimiques dans les feuilles de thé qui augmentent la qualité et que l'autre espèce provoque de "mauvais" changements chimiques qui diminuent la qualité, n'est-ce pas ? Eh bien, selon quelques études récentes, il s'avère qu'il existe des preuves très solides qu'il s'agit de la même espèce Empoasca onukii, donc la cicadelle responsable du DōngFāng MěiRén est en fait assez répandue !

Et ce n'est pas non plus une spécificité géographique, puisque les agriculteurs de Chine continentale commencent à adopter cette technique pour produire également des thés piqués par des insectes. Alors pourquoi les dégâts causés par les insectes ne sont-ils une bonne chose que pour ces quelques thés ? Pourquoi n'y a-t-il pas de LǜChá (thés verts) piqués par des insectes sur le marché ? J'ai réfléchi un peu à la question et il semble qu'il n'y ait qu'une poignée de façons d'expliquer pourquoi les cicadelles sont considérées comme des parasites sur les LǜChá, mais peuvent améliorer la qualité de certains WūLóng comme le DōngFāng MěiRén.

  1. - La cicadelle provoque les mêmes changements chimiques dans tous les plants de thé, mais ces changements sont considérés comme "bons" dans les WūLóng et "mauvais" dans les LǜChá. Les LǜChá et les WūLóng ont évidemment des critères de jugement différents, alors peut-être que ce qui fait la qualité d'un WūLóng est en fait indésirable dans un LǜChá. Cela me semble peu probable car ce sont des critères compatibles qui font que le LǜChá ou le WūLóng est bon, mais c'est certainement l'explication la plus simple de ce phénomène. Il peut également s'agir d'une simple question d'apparence de la feuille, ce qui est plus important pour un LǜChá comme le LóngJǐng, où tout défaut est facile à voir par rapport à un thé à feuilles oxydées et tordues comme le DōngFāng MěiRén.
  2. - L'effet de la cicadelle dépend de la méthode de traitement. La cicadelle provoque toujours exactement les mêmes changements chimiques dans tous les plants de thé, mais ces produits chimiques sont modifiés par les étapes de fabrication et crée des différences dans le thé fini. Par exemple, une cicadelle peut amener un théier à produire certains composés qui quand ils ne sont pas oxydés - comme c'est le cas dans un LǜChá - produisent des saveurs indésirables et qui, lorsqu'ils sont oxydés au cours d'un processus de transformation, produisent des caractéristiques souhaitables dans le thé fini.
  3. - Les cicadelles font des choses différentes selon les cultivars. Peut-être que les différents cultivars de théier réagissent différemment aux cicadelles. Par exemple, peut-être que le LóngJǐng#43 se défend en produisant plus de caféine (qui est un insecticide), ce qui produirait un thé plus amer, mais que le Qīng Xīn se défend en produisant de l'hotrienol, un produit chimique qui sent bon pour nous et qui attire peut-être les prédateurs des cicadelles [1].
  4. - Les feuilles d'âges différents réagissent différemment aux dégâts causés par les cicadelles. Ok, suivez-moi sur ce point. La plupart des LǜChá sont produits avec seulement une ou deux feuilles et un bourgeon, tandis que la plupart des WūLóng sont produits avec des feuilles encore plus âgées incluses dans la cueillette. Peut-être que la cicadelle produit des changements chimiques indésirables dans les jeunes feuilles et des changements souhaitables dans les feuilles plus âgées. Ensuite, si vous faites un LǜChá, vous n'obtenez que les mauvaises modifications, mais si vous cueillez un WūLóng, les bonnes modifications l'emportent peut-être sur les mauvaises. Cela peut sembler exagéré, mais les recherches montrent qu'il est courant que les jeunes feuilles réagissent différemment (et plus intensément) aux dommages que les feuilles plus âgées, donc je pense que c'est tout à fait possible.

J'espère que vous, les acheteurs de thé, les agriculteurs et les consommateurs avertis du monde du thé (AKA les "geeks du thé"), pourrez écarter certaines de ces possibilités ou peut-être en ajouter d'aiāng_ en sont des exemples célèbres. Ces trois thés sont originaires de TáiWān, alors y a-t-il quelque chose de spCécial à TáiWān ? Eh bien, lorsque vous vous plongez dans la littérature scientifique sur les cicadelles des théiers, la plupart des études réalisées à TáiWān portent sur une espèce de cicadelle connue sous le nom de Jacobiasca formosana, tandis que la plupart des étudesutres que j'ai ratées. Faites-moi savoir ce que vous pensez dans les commentaires !


Notes


  1. . Ce ne sont que des exemples ! Il a été démontré que les dommages causés par les cicadelles augmentent les concentrations de hotrienol dans les cultivars de WūLóng, mais pour autant que je sache, personne ne sait ce que cela fait à la caféine ou ce que les cicadelles font aux produits chimiques des cultivars de LǜChá. ↩︎