Débuter avec les thés de Chine et de Taïwan

Petit historique

L’histoire du thé commence par une légende chinoise.

Shennong

Aux alentours de 2730 av. è.c., le mythique empereur chinois 神農 ShénNóng a déjà inventé l’agriculture, et conseillait à ses sujets de faire bouillir l’eau avant de la boire. C’était aussi un savant, qui testait les plantes afin d’en connaître les secrets médicinaux.
Il s’empoisonnait souvent avec.

Un jour qu’il s’empoisonnait, il s’allongea sous un arbre pour se reposer. L’eau bouillait à côté de lui, quand un coup de vent fit tomber une feuille du théier dans la marmite. L’empereur bu cette eau, et se trouva guérit de son empoisonnement. De là la culture du thé fut répandue en tant que plante médicinale dans toute la Chine.

D’un point de vue historique et archéologique, on sait que le thé est déjà partie intégrante de la pharmacopée chinoise en 1000 av. è.c.

Quoi qu’il en soit, les origines du thé viennent de Chine, et plus particulièrement dans les provinces du GuìZhōu, YúnNán et SìChuān, où l’on a retrouvé les plus anciennes traces archéologiques de théier (GuìZhōu) et les plus anciens théiers encore vivants, plus que millénaires (YúnNán).

Le thé

Le thé que nous buvons peut être de 6 couleurs différentes : vert, blanc, jaune, bleu, rouge, ou noir. C’est du moins les 6 couleurs « officielles » en Chine, berceau de la culture du thé.

Le thé

La couleur d’un thé tient du travail de l’homme et non de l’espèce de thé cueillie

Pour obtenir du thé, on cueille simplement une feuille d’un arbuste ou arbre à thé (Camellia Sinensis), et on la travaille (en la séchant, en la laissant fermenter, etc.) suivant le type de thé que l’on veut.
Vous pouvez approfondir ce point en consultant la méthode de fabrication du thé

C’est le processus de fabrication qui va déterminer la couleur du thé, et non le cultivar (le cépage du thé). En effet peu importe le cultivar que l’on cueille, c’est le travail de l’homme qui décidera si une feuille de théier deviendra "thé rouge" ou un "thé vert", etc.
Cependant certains cultivars sont plus ou moins propice à un type de thé en particulier. Par exemple le thé LóngJǐng n’est fait qu’avec un cultivar spécifique : le LóngJǐng 43.

Les mêmes feuilles de thé peuvent être infusé à répétition

Contrairement à ce qu’on pourrait penser, le thé dans sa forme traditionnelle, c’est à dire en vrac ou en galette, n’est pas une denrée à usage unique. Autrement dit le thé ne s’infuse pas qu’une seule fois comme on le fait souvent avec les sachets, mais on peut l’infuser plusieurs fois selon le type de thé (de trois à 50 fois voir plus).

Par exemple, on pourra infuser des feuilles de thé vert environ trois fois, c’est à dire qu’on versera de l’eau chaude trois fois sur les feuilles après avoir bu le thé.
Autre exemple, on pourra infuser des dizaines de fois le même thé pu er, jusqu’à cinquante théières la plupart du temps.
Le thé dans sa forme traditionnelle est donc une boisson résiliente et économe, entre autres bienfaits surprenants.

Le thé est un aliment médicament

Le thé contient des antioxydants, qui participent au développement des défenses immunitaires, et agissent contre le vieillissement .

Le thé a aussi une action diurétique, et donc réduit la pression artérielle.

Le thé vert facilite en plus la perte de graisses viscérales : donc la perte de poids.

Le thé stimule l'attention et l'éveil. Ce serait dû non seulement à la caféine, mais aussi à d'autres molécules : des polyphénols et de la L-théanine.

Techniques d'infusion

Les outils

Pour saisir les arômes et les goûts d’un thé de manière précise, il existe trois méthodes traditionnelles : avec une théière, avec un GàiWǎn, avec un verre.
Grâce à ces outils, l’amateur de thé va pouvoir infuser son thé de manière exacte, c’est à dire en contrôlant l’ensemble des facteurs pour obtenir un thé selon ses goûts.

Pour cela nous vous avons fait trois articles traitant de ces trois manières d’infuser un thé.

L’infusion

Pour chaque type de thé, il y aura une infusion particulière. Le but est d’extraire au maximum les arômes tout en évitant le côté trop amer du thé qui est souvent gênant lorsqu’on commence à infuser.

Nous vous avons préparer une table d’infusion pour cela

De l'importance de l'eau dans la préparation du thé

Un détail important concernant l'infusion consiste à choisir une eau compatible avec la préparation du thé.

Cette problématique a déjà été abordée dans la Chine antique. En effet la Chine traditionnelle classifiait la qualité des eaux pour infuser les thés.
Dans l'ordre, on retrouve en haut de la pyramide l'eau des montagnes, autrement dit l'eau des sources. En effet c'est selon les anciens l'eau la plus pure, qui tombe du Ciel et est filtrée par les montagnes.
Vient juste après l'eau des rivières et des fleuves. Qualitative mais parfois viciée par les rejets des villes et des villages. Aujourd'hui on n'envisagerait pas d'utiliser cette eau, à part si elle est parfaitement filtrée.
Enfin, on retrouve l'eau des puits, qui est la moins qualitative.
À côté de ces trois eaux, la Chine traditionnelle voyait une eau à part, rare, et exceptionnelle. C'est l'eau qui se dépose par la pluie ou la rosée sur les feuilles et fleurs de lotus. Très recherchée à l'époque, on la disait parfumée et faisait de l'infusion d'un thé classique un thé d'exception.

Aujourd'hui, à cause de la pollution des eaux, des sols, et des pluies, l'eau pour préparer le thé doit être choisit avec attention. En France, nous vous conseillons la Volvic et la Mont Roucous. En effet ces deux eaux sont riches en oligo-éléments, et pauvres en minéraux : l'idéal pour conserver les bienfaits d'une eau et conserver le goût original du thé.

Dans tous les cas l'eau du robinet est à proscrire, sauf si elle est filtrée.

Note : privilégiez les bouilloires en fonte ou en inox pour faire bouillir votre eau.
Les bouilloires en plastique même alimentaire comportent des risques de dénaturation du goût de l'infusion et risque aussi de libérer dans votre thé des particules toxiques (plastiques, etc) qui ne sont clairement pas les bienvenues dans le monde du thé.

Petite astuce : les bouilloires en fonte permettent de porter une eau à 100 degré, alors que les bouilloires en plastique ne le permettent pas. De plus la température de l'eau est conservée beaUcoup plus longtemps.